Jeudi 9 juin 2011 Mélide – Saint Jacques de Compostelle

Publié le par 3-pelerinages

Jeudi 9 juin 2011 Mélide – Saint Jacques de Compostelle

 52 Enfin arrivés

Santiago, le but c’est le chemin

 

En nous promenant à Mélide je découvre une belle croix en pierre du XIVème s. la nuit se passe bien malgré le nombre de dormeurs. Lever tôt et départ à 7h00 car Edouardo doit prendre un billet de train pour son retour dès 13h00.

Comme les autres jours, il fait frisquet, mais il ne pleut pas. Aujourd’hui encore la route est très « nerveuse » et ne fait que monter et descendre. Au niveau de l’aéroport de Santiago, nous prenons le camino. Et ce n’est qu’une succession de grimpettes et de descentes toutes plus raides les unes que les autres. Nous arrivons enfin au monument dédié à Jean-Paul II pour sa visite à Santiago en 1982. Il a fait beaucoup pour la renaissance de ce pèlerinage, mais le monument est affreux et tout rouillé. De là on devrait apercevoir la cathédrale, mais par temps clair, ce qui n’est pas le cas.

C’est enfin la descente dans la ville. Nous nous dirigeons d’abord vers la gare pour qu’Edouardo prenne son billet, puis l’arrivée à la Cathédrale, toujours surprenante, les flèches nous font arriver par l’arrière, avant de déboucher sur la place. Elle est remplie de tentes Queshua (Décathlon doit faire de bonnes affaires !) de contestataires.

Nous nous faisons prendre en photo devant la cathédrale, puis Edouardo conduit son vélo à un magasin chargé de le rapatrier directement chez lui à Tolède.

Il y a peu de monde pour aller récupérer notre Compostellane, le document en latin qui atteste que nous sommes pèlerins de Santiago. Puis ce sont les au-revoir, chacun reprend son chemin. En tout cas j’ai été très heureux de cette route faite ensemble, ce fut une belle rencontre intergénérationnelle. Me voici donc seul à nouveau pour continuer la route.

Je trouve à me loger au petit séminaire et je choisis une chambre individuelle, quel luxe !

Je retourne visiter la cathédrale l’après-midi. La découverte des reliques de saint jacques date  du IXème s, soit plus de 100 ans après la fondation de l’Abbaye du Mont saint  Michel (en 709) soit dit en passant. Le sanctuaire fut érigé à partir de la fin du XIème s. Elle est en travaux, et le porche de la Gloire, le tympan roman n’est pas visible, seul saint Jacques trônant sur le pilier central nous accueille.

Il est un certain nombre de rites que tout pèlerin se doit d’accomplir.

La tradition veut que l’on mette ses mains dans les orifices qui sont de part et d’autre de la tête de Maestro Mattéo, l’architecte de l’édifice, et que l’on mette ses doigts dans l’emplacement d’une main, ceci afin qu’il nous donne une parcelle de son intelligence. Hélas, l’accès en est interdit. Je vais ensuite derrière le chœur, je monte au niveau du buste de saint Jacques mettre mes bras autour de lui afin qu’il m’aide à monter au ciel, le jour de ma mort, puis c’est la visite à son tombeau qui se trouve dans la crypte.

A la fin de la messe du dimanche, quatre hommes font se balancer l’encensoir (botufameiro), de part et d’autre des bas côtés, il touche presque la voute, et c’est très spectaculaire.

Santiago est une ville étonnante, tous les pèlerins qui arrivent retrouvent d’autres pèlerins et tombent dans les bras les uns des autres, c’est l’émotion partagée, le but enfin atteint après une longue démarche personnelle, beaucoup de joies à partager et aussi pour certains beaucoup de difficultés enfin abolies.

Une des spécialités culinaires de la ville  est le poulpe. J’en ai mangé et, en petite quantité, c’est très bon.

Voila donc mon troisième lieu de pèlerinage atteint, saint Michel, saint Pierre et saint Jacques m’ont jusqu’à présent bien protégé, qu’il en soit ainsi pour mon retour.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Leménager 10/06/2011 16:22


Bravo Pierre-Marie Tu as réussi .Je suis ravi pour toi . je rentre de Baclesse ça va mieux,ce midi j'ai mangé des pommes de terre cuite au beurre un régal surtout quand elle viennent du jardin . Je
serai rétabli pour ton retour a Luc-sur-Mer . Bises a Bientôt