Lundi 16 mai AAmantea - Palmi

Publié le par 3-pelerinages

Lundi 16 mai 2011 Amantea – Palmi

 

Une maison accrochée à la colline16 terrasse...

 

Changement de météo. Hier soir il faisait très doux, sans vent, ce matin, gros nuages sur les montagnes et fort vent de côté. Je longe la mer pendant près de 50 km, souvent le parfum du chèvrefeuille vient chatouiller les narines.  Puis la route se dirige vers l’intérieur des terres car il n’est pas possible de loger la côte. Et évidemment ça monte pendant 20 km jusqu’à 500 m d’altitude et… je redouble le couple de Hollandais !  J’atteins au sommet la ville de Vibo Valentia. Je trouve un petit square avec jeux d’enfants bien ombragé  pour manger.

La météo reste toujours menaçante mais je vais éviter la pluie.

A présent je roule dans un paysage légèrement vallonné avec des champs d’olivier et de la vigne qui va aller descendant jusqu’à la côte avec toujours ce vent de 3/4 de face. La route est bordée de cactus et de géraniums.

J’avais prévu de m’arrêter à l’intérieur des terres  après 100 km dans une ville nommée Rosarno. Mais elle m’a semblée si triste et avec si peu de charme que je décide de continuer encore une dizaine de kilomètres pour atteindre la côte et la ville de Gioia Tauro.

Alors que j’étais arrêté pour essayer de me situer dans cette ville, une personne à scooter me en anglais si elle peut m’aider. Je lui dis que je cherche une pension. Il a une maison à 8 km de là, près de Palmi, qu’il loue à des familles et il est près à me la louer à 50€ la nuit. Je refuse, lui montre sur la carte mon parcours et lui explique ma démarche de pèlerin. Vous êtes « crasy » me dit-il et me l’offre pour 30€. J’accepte et le suis derrière son scooter. J’ai un peu de mal car je suis fatigué et la route remonte. Mais l’effort est récompensé quand je vois la maison accrochée à la colline qui domine la mer à 60 m de hauteur, le spectacle est grandiose. Le vent fait mousser la mer tyrrhénienne. Un petit ilot, battu par les vagues est coiffé d’un olivier ! La maison est très confortable grand salon très bien décoré, cuisine équipée, terrasse depuis laquelle je verrai se coucher le soleil.

Nous discutons un bon moment,  Petro-Luigi est architecte auprès des services publics, il est très étonné par mon périple « vous, les français faites toujours des choses hors du commun » me dit-il !

Heureusement que j’avais de la nourriture en réserve car je suis loin de tout. Je trouve dans un placard des pâtes ;  accompagnées d’une boite de thon achetée le matin cela me fait un excellent repas. Je mange face au coucher de soleil.

Il y a la télévision et je regarde les informations sur France 24 et apprends les déboires de DSK. Mais pas d’internet !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article