Lundi 30 mai Zaragoza - Tudela

Publié le par 3-pelerinages

Lundi 30 mai 2011 Zaragoza – Tuleda

 

Pas de chance en Navarre

 

 

Saragosse est très lié à st Jacques car la tradition rapporte  que la Vierge Marie est venue en personne  en l’an 40, le 2 janvier exactement encourager et soutenir Saint Jacques qui commençait à évangéliser la région. Elle a apporté avec elle une colonne ou pilier (pilar) pour construire une chapelle. D’où le nom de Notre Dame de Pilar.

Mon départ de l’auberge fut bien arrosé par une forte pluie. Il m’a fallu emprunter des routes à 4 voies pour sortir de la ville. Et ce ne fut pas très agréable. Dès que j’ai pu, j’ai rejoint des villes éloignées des grands axes. Pour cela il m’a fallu emprunter des « caminos », c'est-à-dire des chemins de terre bien boueux. J’ai connu les pistes détrempées du Kazakhstan, alors plus rien ne me fait peur !

J’ai retrouvé une route nationale beaucoup plus tranquille. Arrêt dans l’église de où se trouvent des peintures de Goya. Tout à coup un beau revêtement et un panneau m’annoncent que je quitte l’Aragon pour arriver en Navarre. Je vois et j’entends les première19s cigognes. La route, dans une large plaine remonte lentement le cours du Rio Ebro.

Puis arrivée sur Tuléda vers 14h30, route en faux plat montant qui m’a semblée plate car j’avais le vent dans le dos.

Et c’est là que tout a dérapé. L’Office du Tourisme ouvre à 16h00, de même que tous les monuments.  Mais les services de la Mairie m’informent qu’il existe une Auberge de jeunesse. Je m’y rends, elle est fermée un papier indique l’ouverture à 17h30. D e retour à la mairie, ils téléphonent : ouverture à 17h00. En attendant je vais boire une bière et m’aperçois que j’ai perdu l’appareil photo. J’ai pris la cathédrale en photo et l’ai mis dans ma sacoche plus remplie que d’habitude à cause du coupe-vent. Les rues sont pavées inégalement, il a dû sauter du sac sans que je m’en aperçoive. Et  l’orage qui grondait éclate. Malgré tout je refais tout le chemin que j’ai parcouru précédemment, en vain. Je reviens trempé a u moment où l’Office du tourisme ouvre et j’attends là, avant de me rendre à l’Auberge de jeunesse. Elle est fermée, une dame téléphone au N° indiqué sur la porte et j’apprends qu’elle n’ouvrira en fait qu’à 22h00 !

Retour à l’OT. L’hôtesse, très gentille, téléphone à une pension  qui est gérée par un bar à tapas : ouverture à 18h00. J’y suis à l’heure dite, je sonne, et quelqu’un me répond en espagnol, pas moyen de comprendre ce qu’il me dit lorsqu’une dame qui passait m’explique que ce ne sera ouvert qu’à 19h00 !  Le bar ouvre et sans un mot le gérant me donne des clefs et me dit très succinctement où se trouve la chambre. Il a augmenté le prix de 5€ parce que j’ai un grand lit ! Paiement en liquide sans facture…C’est le pire accueil que j’ai reç u depuis le départ.

Pour me réconforter je vais manger dans un bon restaurant.

Ca ira mieux demain !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article