Mercredi 1er Juin Logrono - Belorado

Publié le par 3-pelerinages

Mercredi 1er juin 2011 Logroño – Belorado

 

            Vive le Camino !

 

 

            Ils sont fous ces marcheurs : réveil à 5h00 du matin, ils partent marcher à la lampe frontale pour arriver vers midi à l’étape et être sûrs d’avoir de la place dans une auberge (albergue).

            J’ai paressé au lit jusqu’à 6h45 et je suis parti tranquillement à 8h00. Un jeune espagnol, Eduardo, qui commençait son chemin à vélo m’a accompagné. On a parlé en anglais. Et ce fut très pratique pour moi, car il demandait les renseignements sur l’i

30 marquage au sol

tinéraire.

            Arrêt à la cathédrale de Logroño, très beau monument, j’ai remarqué une très belle Assomption de la Vierge Marie.

            Le Camino est très bien fléché, nous suivons celui des marcheurs et nous auront beaucoup de pistes en terre. Le temps est très frais et le ciel très menaçant, mais il ne pleuvra pas de la journée. Rencontre de deux autres cyclistes espagnols et nous faisons route ensemble, mais ils privilégient la route nationale et leurs camions. Nous les quittons à Sant Domingo de la Calzada.

            C’est un haut lieu du pèlerinage en raison de la légende du Pendu-dépendu. Une famille allemande allait à Santiago et s’est arrêtée à l’auberge de cette ville. La servante a trouvé leur jeune fils très charmant, mais celui-ci a refusé ses avances. Pour se venger, elle a glissé des couverts dans son sac et l’a accusé de les avoir volés. La sentence fut immédiate : la pendaison ! Au retour le couple allemand s’est arrêté à Santa Domingo et ils ont vu leur fils toujours vivant, debout sur les épaules par Saint Jacques. Aussitôt, ils sont allés voir les juges qui déjeunaient à l’auberge pour le leur dire. Ceux-ci répondirent : « votre fils est aussi vivant que cette poule et ce coq qui sont en train de rôtir », et aussitôt, le coq et la poule se mirent à battre des ailes ! La servante, confondue fut condamnée au bucher. Et depuis cette date, un coq et une poule blanches sont dans l’église, ils sont changés tous les mois.

            De plus Saint Domingo, voyant la difficulté des pèlerins à suivre l’ancienne voie romaine, leur construisit un chemin (calzada), un pont et un hôpital.  

            Nous mangeons notre piquenique dans un bar, puis nous repartons, en suivant toujours le camino qui est plus ou moins roulant. Et nous arrivons tranquillement à 16h00 à l’étape prévue. Il y a de la place dans la 1ère auberge rencontrée, tout va donc bien. Et je me suis rattrapé en prenant beaucoup de photos.

            Visite de l’église de Belorado, sans grand intérêt. A remarquer que les clochers semblent avoir été construits pour accueillir des nids de cigognes.

            Le moral est revenu, je retrouve les chemins empruntés en 2003 et 2005 lors de mon 1er pèlerinage à Santiago.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article