Mercredi 20 avril 2011 Bourgoin Jallieu - Chambéry

Publié le par 3-pelerinages

Merci aux Françoise

 

            Départ de bonne heure de chez Françoise. Elle me conduit en voiture jusqu’à Bourgoin-Jallieu. Et je pars de là vers 8h15. Circulation dense pendant une vingtaine de km, puis la départementale se calme. La route est en léger faux plat montant, il fait doux, un temps idéal pour rouler.

            A Saint Genix aux Guiers (ça existe !), je prends la piste cyclable qui longe le Rhône. J’ai eu un peu de mail à la trouver, mais après 3 km d’errance j’y suis parvenu. Très belle piste quasiment plate. Je passe l28 Lac du Bourgetes gorges de La Balme pour me retrouver au pied du col du Chat : 5 km de montée à 7-8% m’aguerrissent les mollets. J’y suis au sommet pour midi, et là Françoise (encore une !), une amie de Paris-Pékin m’attend avec Edmond son compagnon qui a fait X’Ian-Pékin.

            Très belle descente jusqu’au Lac du Bourget où nous pique-niquons au bord de l’eau.       Le Lac du Bourget

            Par une belle piste cyclable de 10km, très fréquentée par ce bel après-midi ensoleillé, nous rejoignons Chambéry. J’y récupère un téléphone portable en échange du mien qui donnait des signes de faiblesse. Puis direction le Foyer des Jeunes Travailleurs (FJT). Mauvaise surprise, ils ne m’ont pas dans leur liste et de plus ils ne prennent personne pour une nuit. Or j’avais bien réservé à cet endroit il y a deux mois. Nous nous dirigeons vers un autre FJT et là aussi ils ne font pas d’accueil pour une nuit.                                                 

            Françoise me propose très gentiment de m’héberger pour la nuit, ce que j’accepte avec reconnaissance. Toutes les Françoise que je connais sont comme ça, toujours prètes à rendre service !

            Visite rapide de la ville de son monument aux éléphants en souvenir du général De Boignes qui était allé faire fortune en Indes au XIXème s. A son retour il en a fait bénéficier la ville. En remerciement, elle lui a construit une fontaine entourée de 4 éléphants d'Inde aux grandes oreilles. Ils ont failli disparaître lors de l'occupation allemande, les allemands voulaient fondre ces statues pour récupérer le bronze, or il s'est avéré qu'elles n'étaient pas en bronze, à la surprise des habitants eux-mêmes qui avaient donnés de l'argent lors de la souscription pour des statues en bronze. la ville a dû tirer sur les prix ! En tout cas c'est ce qui a permis de les sauver.  visite de la cathédrale étonnante. Une école italienne au début du XVIIIème siècle a recouvert tous les murs et la nef de peintures en trompe l’œil sous forme de grisailles. Elles représentent des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament.

            Excellent repas où nous évoquons nos souvenirs de …. de … Paris-Pékin bien entendu !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article