Mercredi 8 juin 2011 Sarria - Mélide

Publié le par 3-pelerinages

Mercredi 8 juin 2011  Sarria -  Mélide

 

           

            La lente procession des pèlerins vers Santiago

 

 

Rectificatif : Sarria est à 111 km de Santiago soit 5 jours de marche.

 

Il y a de plus en plus de cyclistes, tous en VTT et suspension à l’avant. Mon vélo est plus basique et j’ai du mal sur le chemin. Ce matin, plein de courage et d’entrain, nous essayons à nouveau le chemin. Il monte dans la forêt, il faut mettre pied à terre et pousser et tirer. La traversée des ruisseaux n’est pas facile non plus. Nous décidons donc de reprendre la route qui est, de fait, peu fréquentée.  

Le paysage est très vallonné et moi qui pensais que ça allait en descendant, je me suis bien trompé ! Le dénivelé est plus important aujourd’hui qu’hier, alors que nous sommes montés à plus de 1300 m. Sans cesse nous grimpons de bonnes côtes avant de les descendre et recommencer… Nous oscillons entre 400 et 700 m. Edouardo a les jambes lourdes, il ne s’est pas remis des efforts de la veille.

Il fait toujours froid et gris, même si l’atmosphère est lumineuse, il n’y pas de relief. Pour que les choses aient du relief, il faut certes de la lumière, mais surtout des ombres. Ce sont les parties sombres qu44 un Herreosi mettent en valeur les parties claires. Je crois qu’il en est ainsi des humains. Ce sont nos zones d’ombre qui donnent du relief et de la profondeur à notre personnalité.

A partir de Sarria, une borne tous les kilomètres fait le compte à rebours de la distance à parcourir jusqu’à Santiago. Les villages traversés sont très coquets.

                                          Orreos

Je vois les premiers Orreos, ces greniers à maïs et autres légumes surélevés et protégés des rongeurs par de larges pierres en rebords.

Portomarin est la principale ville traversée. La création d’un barrage sur le Rio Miños a inondé la vallée et obligé les habitants à démonter pierre par pierre leur église pour la reconstruire au sommet de la ville. C’est donc une ville récente.

Nous mangeons un bon gros sandwich au jambon de pays avec du fromage avant de repartir pour terminer l’étape.

Nous doublons une procession de plus en plus dense de marcheurs, tous aimantés par ce lieu mythique.

L’albergue municipale de Mélide est très structurée, les lits sont numérotés et chacun a sa place d’attribuée. Mais elle peut contenir au moins 200 pèlerins.

Pour nous, c’est la dernière étape avant Saint Jacques de Compostelle distant de 55 km seulement.

 

PS : Vous pouvez me laisser des commentaires, c'est toujours une grande joie pour moi de les lire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

sandrine 10/06/2011 16:01


j'aime beaucoup votre volonté et votre courage ;) bonne continuation ;)


cordero 09/06/2011 22:27


Respect Pierre marie
super! tu va avoir du travail au retour pour écrire ton livre avant ton prochain voyage. ,jamais deux sans trois,mais pour toi pas de problème; tu as une volonté et un moral d'acier .
je pense souvent a toi .
surtout ne perd pas ton vélo!!!
A plus jean Marie


jean yves Palin 09/06/2011 18:18


Je connais un peu la region nord ouest de l'Espagne ,ce n'est que montee et descente .Bon courage


Gisèle Werlen-Hérodote 09/06/2011 13:23


Ultreïa !!!
aujourd'hui tu arrives à Saint Jacques de Compostelle...
félicitations pour tes récits journaliers et les photos sur ton blog, et aussi pour ta ténacité et ta motivation pour aller jusqu'au bout de tes rêves.
Maintenant, il faut rentrer à la maison ! je t'attends.
je t'embrase
Gisèle


brigitte deregnaucourt 09/06/2011 10:18


c'est toujours avec un grand plaisir que je suis ton pélerinage.
tes commentaires font que je vis le voyage avec toi.
bonne continuation
JEAN FRANCOIS est sur le parcours du tour de france avec 25 chinois et le camion de paris pekin
bien amicalement bises
BRIGITTE