Lundi 11 avril, Mayenne - Le Mans

Publié le par 3-pelerinages

37-Ste-Suzanne-bois-16-s.JPG 

 

 

Le coup de la coquille

 

 

            Petit déjeuner pain beurre confiture et je pars vers 8h15. Je commence à prendre le rythme.

 

            Il fait frais et brumeux, les arbres se découpent tels des fantômes. Je choisis des petites routes, loin de la circulation.

 

            Mon chemin me mène à Sainte Suzanne, commune fortifiée, la seule place forte que Guillaume Le Conquérant n’a pu abattre. Les statues de l’église sont superbes, en bois polychrome du XVIème S et même une statue en pierre du XVII ème de saint Jean Baptiste a été exposée au Louvre pendant 3 ans. Je rencontre le bedeau qui vide régulièrement les troncs, car il existe toujours des pilleurs de tronc m’explique t-il. Ce n’est plus la ficelle et le chewing-gum, mais carrément le double de clef !

  Photo de sainte Suzanne pour ma petite fille.

 

            Je m’arrête pour manger dans un petit restaurant très coquet, perdu dans un tout petit village.

 

            Et c’est vers 16h00 que je rejoins l’auberge de jeunesse de Le Mans. Un bâtiment très moderne avec une petite chambre confortable, tout pour être heureux

 

            Je n’ai pas encore quitté tout à fait Le Mont, car il faut parler de la coquille, symbole du pèlerin. En fait le pèlerinage au Mont saint Michel est plus ancien que celui de Compostelle. Les premiers pèlerins avaient pris l’habitude de prélever une pierre et de la rapporter chez eux comme témoignage de leur périple. Les moines voyant leur patrimoine s’envoler dirent que saint Michel était opposé à ce que l’on touche au sanctuaire.  En revanche, ils pouvaient rapporter une coquille de la baie. Et comme la plupart n’avaient jamais vu la mer auparavant, ce serait une preuve qu’ils avaient bien prié devant l’Archange. Et c’est ainsi que la coquille devint le symbole du pèlerin. Par la suite les moines de Santiago, qui étaient meilleurs communicateurs que ceux de saint Michel, se sont appropriés l’emblème. Bien que la ville fût à 90 km de la mer, et qu’il n’y avait pas de coquille sur place. Et voilà comment on se fait déposséder d’un symbole ! Bon, je ne vais pas vous casser les …pieds plus longtemps avec mes histoires de coquilles !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michèle ALLIX 12/04/2011 22:05


Bonsoir Pierre-Marie,
Bravo pour tous ces commentaires et anecdotes. Je prends beaucoup de plaisir à te lire chaque.Bonne continuation. A bientôt.


Hervieu Guy 12/04/2011 17:50


Bonjour Pierre-Marie Régine et moi avons beaucoup pensé à toi et à ton départ pour ton périple. Nous te souhaitons bonne route et que toutes nos amitiés t'accompagnent sur ce long chemin où tu
roule por l'Archange.
A bientôt Régine et Guy


edith 12/04/2011 07:53


je vois que tu es dans ma Sarthe natale
bonne route j espere que le beau temps va continuer
bises
Edith


Odile Le Délézir 11/04/2011 20:21


bjr Pierre Marie, c'est avec un réel plaisir que je parcours ton récit et te souhaite de multiples rencontres au détour des chemins sous le soleil !!