Vendredi 3 juin 2011 Castrojériz – Terradillos de los Templarios

Publié le par 3-pelerinages

Vendredi 3 juin 2011 Castrojériz – Terradillos de los Templarios

 

 

Quand des Miquelots deviennent des Jacquets

 

L’avantage de dormir dans un grand hall est la tranquillité, et les autres pèlerins ont eu la bonne idée de se lever relativement tard. Je me suis réveillé à 6h45. Et nous sommes partis vers 8h00. Le ciel était clair, mais la fraîcheur toujours présente.

Le chemin longeant une petite route tranquille, nous avons pu rouler sans secousse à notre rythme. Nous sommes sur la « meseta » sur le plateau à 700 – 8800 m d’altitude entre Burgos et Léon. C’est relativement plat et tout droit. De grands champs de céréales ondulent sous la caresse du vent.

Le premier arrêt fut à Itero del Castillo pour voir le « Rollo ». C'est-à-dire une colonne rappelant l’indépendance de cette commune donnée sur un parchemin en forme de rouleau, par la reine de Castille.

Peu avant Fromista c’est une magnifique écluse du Canal de Castille  qui s’offre à notre admiration. L’église de Fromista est du pur roman du XIIème S. Tout n’y est qu’harmonie et équilibre. 3 nefs 3 absides, 3 fenêtres dans le chœur. Les chapiteaux sont remarquables par leur finesse. Il ya ceux qui donnent une instruction religieuse sur le bien et le mal, sur Adam et Êve et celui qui donne une instruction sexuelle avant l’heure. Les gens du Moyen-âge étaient moins prudes que nous aujourd’hui.

Tout le long du chemin il y a beaucoup de sculptures sur le thème du Camino, et de Compostelle c'est-à-dire du champ des étoiles, ce chemin est aussi assimilé à la Voie Lactée qui barre le ciel de Nord-est vers Sud- Ouest.

20 kilomètres plus loin nous nous arrêtons pour visiter le couvent de Carrion de los Condes. Là aussi les sculptures des chapiteaux sont magnifiques, en particulier Bâlaam et son âne. Le cloître du XVIème S est baigné de lumière. La tête de mort figure sur plusieurs chapiteaux, nous rappelant que nous sommes tous mortels. Et petite fantaisie, Edouardo et moi nous nous prenons pour des pèlerins marcheurs !

Emportés par notre élan, la piste est en pente douce, nous passon73 3 miquelots jacquetss Terradillos et ce n’est que 5km plus loin que nous nous apercevons de notre erreur.

A l’auberge, c’est avec beaucoup de joie que je retrouve Édith et Marie-Thé, deux amies des Chemins de saint Michel. Elles sont parties il y a quelques jours de Burgos. Et les discussions et échanges d’impressions vont bon train. Je suis heureux de parler français avec elles. Les Miquelots parcourent tous les chemins, y compris ceux des Jacquets !

Edith, Pierre-Marie et Marie-Thé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article