Vendredi 6 mai Rome

Publié le par 3-pelerinages

Vendredi 6 mai 2011 Rome

 

La Rome chrétienneclefs-du-paradis-003.jpg

 

            Il est annoncé une grève des transports en commun, aussi je me décide à aller à pied jusqu’à Saint Pierre distant de 5km. La promenade le long du Tibre serait agréable sans le vacarme de la circulation. Au feu vert, il y a toujours une horde de scooter qui s’élance plein gaz, il vaut mieux avoir fini de traverser !

            En arrivant sur la place Saint Pierre vers 9h30, je suis surpris par l’impressionnante queue pour entrer dans la Basilique ; mesures de sécurité oblige, tout le monde passe par un sas magnétique.

            Je me dirige vers la sacristie pour faire tamponner une dernière fois mon crédential de la Via Francigéna, attestant que je suis un véritable pèlerin « romeux ».

            La messe des pèlerins, est surtout faite pour tous ceux qui souhaitent y assister, en fait, ils sont très peu nombreux. Puis je visite ce monument. Mais c’est vraiment la foire, les guides parlent fort pour se faire entendre par leurs troupes, les asiatiques se font photographier devant tout et n’importe quoi. Les enfants des voyages scolaires crient et courent partout…

            La Piéta de Michel Ange est à l’entrée de la Basilique. Il l’a réalisée en 1499, à l’âge de 23 ans en deux mois, on reste bouche bée devant un œuvre aussi parfaite.

            %eerci à Robert pour son aquarelle, en effet j'ai le temps pour arriver au Paradis, pour le moment il est plutôt sur terre.

            Le Castello san Angélo est juste ne face, j’y retourne et visite le monument. C’est une ancienne forteresse, elle a servi de prison. On accède à son sommet par une rampe intérieure hélicoïdale. Il y a de très belles peintures de la renaissance. De la terrasse, on a une vue panoramique sur tout Rome.

            Je repars flâner et me perdre dans les petites rues très animées. Je mange dans un petit restaurant sympathique. Puis mon boulot de touriste recommence. Je m’arête à Saint Louis des Français où se trouve le centre culturel français, et j’y lis les journaux pour me tenir informé des dernières nouvelles, mais depuis mon départ, je n’ai pas manqué grand-chose.

            La place Nuova occupe la place de l’ancien cirque Domintien dont elle a gardé la forme. Il y a trois magnifiques fontaines de Bernini. Elle est aussi un peu l’équivalent de la place du Tertre de Paris, avec ses pseudos artistes et caricaturistes.

            Puis c’est le Panthéon, œuvre du 1er siècle ap J-C construit sous Hadrien, il est resté intact. Il a été transformé en église dédiées à Santa Maria des Martyres, richement décorée de marbre et de statues, elle y abrite en particulier la tombe de Raphaël (le peintre, pas le chanteur !). Sa coupole de 43 m de diamètre est construite en brique est un chef d’œuvre architectural. Aujourd’hui, on ne saurait pas construire une telle œuvre avec de tels matériaux.

            La Fontaine de Trévise n’était pas loin, en souvenir de Marcello Mastrioanni et d’Anita Edberg, j’y suis allé. La place est toute petite, et il y a une foule très dense. Chacun veut se faire photographier en train de jeter une pièce dans la fontaine par-dessus son épaule. Ça porte bonheur, parait-il…

            Enfin direction la gare principale. Je reste un jour de plus à Rome que prévu. Et en raison des contraintes de bateau pour la Sardaigne, je me vois obligé de faire une étape en train. Après 25 minutes de queue j’ai mon billet pour dimanche matin, et le train accepte les vélos. Je rentre en métro à proximité de mon hébergement. En fait la grève a causé très peu de perturbations. Je suis plus fatigué que si j’avais fait une journée de vélo.

            Repas très animé, je parle beaucoup avec Rosanna et nos échanges sont très intéressants.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article